Une confinité au fin fond de teint frais

Nous y sommes…

C’est ce que l’on craignait depuis fort longtemps.

Classés comme faisant partie de la génération X, juste avant Y, on le savait. Enfin.. disons qu’on avait du mal à y croire. Mais non, pas nous! nos petits-enfants, peut-être ? on a le temps.

On nous avait prévenus en CM1, en 1973.

En 2020 :

Les réseaux sociaux inondent la sphère humaine, dénoncent le parasite assez con pour se détruire lui-même, et pas seulement son environnement. Et chacun dans son chez soi commente, intègre, digère l’information, absorbe les recommandations, et se dit : « ça va être chouette quand on sortira ! »

Certes, on sortira.

On continue et on recommence?

Puisque personne ne me lit, j’en profite pour me lâcher un peu .

Les années 80 sont derrière nous.

Tu pouvais acheter des actions dans ta boîte, pour ramasser un peu. Tu pouvais choisir la couleur de ta R5 TL, bleue clinique, jaune Banania, orange Poulain, rouge Fuego ! On pouvait sortir du bahut sans se faire chopper, on fumait dans les couloirs, on jouait du rock pour Amnesty International et Solidarnosc..

Le chômage est inévitable, on le sait. On nous le rabâche constamment.

Elle se fait appeler Miette, et lui Capsule, son chat Graffiti et son rat Virgule. Bouffi arpente les rues en pissant sur les sacs poubelles , la truffe collée au sol sur les traces de son maître. A moins que ce soit l’inverse.

On voulait pas qu’on touche à nos potes, on s’ornait fièrement d’une main jaune sur le revers du cuir. On laissait béton mais on assurait. On était crainteux, c’était pas gégène chez les SDF, ces nouveaux clochards très jeunes, pour qui même les missions locales étaient débordées par les missions.

A la radio, on faisait n’importe quoi ! Libres qu’elles étaient..les radios.

On avait des CB,  et on s’appeloriot Titi64.. allô Balou64? ramène-moi du coca, terminé.

Et puis les homos et les drogués, pas de bol.. ils ont été les premiers à être dénoncés.

Ils transmettraient une maladie mortelle, parait-il. Comme quoi on avait bien raison de penser ce qu’on pense..

Et puis Coluche, Gainsbourg, Desproges , Balavoine, Bon Scott, les Who etc… etc…

Such a shame. ETA, le GAL, le pogo, Noir Désir..

En 1990, l’ère de la consternation

 

Les années 90 sont pour moi un reflet dans l’abstraction qu’est le temps. Elles clignotent, elles bling-blinguent, et il fallait montrer bonne figure. Soit tu es in, soit out, mais assume, hein?

Des coups de pied au derrière se sont perdus, de bonnes occasions se sont loupées, et pourtant, on avait déjà Mr Hulot sur le petit écran ! ce petit écran qui devenait si grand.. de plus en plus grand..regardez comme c’est beau les glaciers qui fondent au soleil, si on construisait des avions? plein plein..pour aller jouer au Golfe.

Sortez couverts. Il venait d’avoir 32 ans.  Je deviens Tatie une fois, puis deux, mais non, je ne veux pas d’enfant, merci .De plus, je fais ce que je veux, quand je peux.

Les appartements rétrécissent. D’un F5, on fait trois F1, c’est plus rentable. On va enlever ces tapisseries et peindre en blanc, ça fait plus grand.

On a fait des boutures d’impatiens et les noyaux d’avocats ont germé. Il reste de la place pour faire venir le groupe, la chambre c’est bien. De toutes façons, j’ai des effets de ouf sur ma guitare. Zoom. Viens avec tes jack, on me les a piqué la dernière fois. J’amène le rhum pour midi.

Je croyais chanter. C’est faux, je hurlais.

SteveTyler hurlait. Freddie Mercury hurlait. Et tandis que la reverb doublée d’un léger chorus agrandissait mon pouvoir de crier, je me ratatinais. Il n’en reste désormais qu’un lointain écho dans les archives numérisées, que je suis seule à entendre. Si je pouvais me taire..

Je veux vivre à la campagne. Me brosser les dents dans le jardin. Sentir le fumier.

Je veux creuser des trous, et les remplir de racines, de nouvelles racines ! J’ai besoin d’arbres, de nuits noires et de matins lumineux, je voudrais bien semer quelque chose.

Il allait avoir 32 ans.

Nous ne sommes plus des enfants, les ados de la génération suivante nous ont remplacés. C’est simple, il suffit de regarder autour de nous . Elle m’a dit que j’étais bien conservée pour mon âge. Ils ont ri, mais ils ont compris. Qu’est-on en train de faire de nos vies?

Puisqu’il faut un diplôme agricole pour s’installer, alors soit! Il parait qu’on peut toucher une aide aux jeunes agriculteurs de moins de 35 ans. Allez, il reste un peu de temps avant l’an 2000.

Les infirmiers voulaient regarder la coupe du monde. C’était un bon match.

On se sépare, on lâche des liens qui nous épuisent, on filtre les appels, on répond quand-même parfois. On s’improvise, on se dit au revoir devant l’entrée, et on s’engouffre dans cette folie, bel et bien tous ensemble !

L’an 2000 :

L’apocalypse n’a pas eu lieu.

Après l’éclipse du mois d’Août dernier et les prédictions de Mr Rabane,  l’espèce humaine n’a jamais eu aussi peur de perdre le contact. Passé cette épreuve éprouvante, passons à l’éprouvette. Les gens veulent des bébés.

Moi aussi j’ai eu le mien.

Elle vient d’avoir 18 ans.

Elle n’aura jamais connu Noir Désir de son vivant. Je ne peux pas me résoudre à séparer l’homme de l’artiste, c’est un connard. Triple peine pour nous. Connard.

Nous sommes le 30 mars 2020, il est 2h30 du matin.

Le rationnement tant redouté de mon enfance, ce fameux couvre-feu qui résonnait tant au passé qu’au futur, nous le vivons, ensemble, au beau milieu d’un jardin.

Notre mission: en prendre soin.

La Terre vue de l'espace.

 

Aux jardiniers égarés

Je profite de n’avoir aucun lecteur pour te remercier, toi qui ne me liras jamais. J’espère que tu es occupé à rêver à demain. Des choix que tu feras. Pourvu que tu laisses pousser les glands à l’ombre des grands chênes.

C’est tout pour cette nuit. Bonjour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article mis en avant

BabaCool

Ma petite chaîne

IMG_5221

J’ai le plaisir de partager la toute première vidéo postée sur YouTube aujourd’hui.

Je ne perds pas de temps, je vous en parle tout de suite:

BabaCool, ça raconte la « slow life » que je me permets d’idéaliser, par des images montées en musique, dans notre jardin.

C’est un défi charmant que je me suis lancée, en douceur, au rythme des saisons, sans me presser..

Slow Life au Jardin

Article mis en avant

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑